Techniques d’impro et transposition 1 : Service et Trappeur

Aujourd’hui, j’ai décidé de lancer une nouvelle série d’articles. Parce que je suis encore rentré de convention en voiture, eu une discussion hyper intéressante et remis en question des évidences… le trajet vers et depuis une convention, grââl de l’inspiration rôliste ?

Bref…

L’objectif de cette série d’articles, ce sera de passer en revue plein de techniques qu’on utilise très souvent en improvisation théâtrale et de lancer des pistes quant à leur adaptation en jeu de rôle. Je ne prétends bien sûr pas détenir la vérité ou livrer un manuel, mais lancer des idées, des pistes, faire part d’expériences que j’ai eues en faisant appel à des techniques d’impro en JdR.

La première technique dont je vais vous parler, c’est le service et le trappeur… les bouées de sauvetage de l’impro. Elle a déjà été évoquée par Angeldust sur son blog dans le cadre d’une rencontre entre lui (auteur et joueur de jeu de rôle) et une équipe d’improvisation. C’est passionnant, allez lire 🙂

 

Le service, roue de secours et habillage de l’impro

Dans une impro, il y a un début et une fin. Au début, un certain nombre de comédiens et comédiennes sont présent.e.s sur scène. Ce sont les « leads » de l’impro. Le plus souvent ce seront les rôles principaux de l’impro, ceux autour desquels l’impro tournera.

Il peut arriver que d’autres comédiens et comédiennes montent sur scène pendant l’impro, pour une intervention courte ou longue. Un garçon de café amenant la commande, une mécano réparant un véhicule, un secrétaire amenant un mémo important, …

Ces petits rôles, secondaires ou même figurants, sont appelés « services » parce qu’ils servent le propos principal de la scène. Ils viennent appuyer le jeu des rôles principaux. Ils peuvent amener de la couleur à une scène (en jouant les clients et clientes d’un café, la populace réunie sur la place publique, etc.) ou débloquer l’impro en amenant une information importante, qui manque à l’impro en cours.

Prenons un exemple concret : deux joueurs sont dans le bureau présidentiel. En quelques répliques, ils ont établi qu’une joueuse (A) était la présidente et l’autre joueur (B) son conseiller. Mais ils ne parviennent pas à trouverd’objectif à la scène, à lui donner une direction. C’est à ce moment qu’une joueuse (C) monte sur scène, toque à la porte et entre. « Madame la Présidente, il y a cinquante-milles personnes rassemblées devant la Maison Blanche. Ils veulent des explications sur la nomination de… (regard à B) votre frère au poste de conseiller aux affaires étrangères, alors qu’il n’a qu’un diplôme de fleuriste et aucune expérience à l’international. Une délégation va arriver dans quelques minutes.« 

Là, C sort de scène. L’enjeu est clair désormais : qu’est-ce que A va dire à la délégation ? Va-t-elle renier son frère (B) ? Etc.

Le service peut aussi être appelé par les joueurs et joueuses en scène. Par exemple, si les leads de l’impro explorent une vieille maison et évoquent le vieil homme qui y rôderait, le décrivent, craignent qu’il arrive… C’est bien souvent pour qu’il débarque au moment opportun. Les leads font une « lettre au père Noël » aux autres joueurs et joueuses : ça nous plairait beaucoup que ce qui hante ces lieux, ce soit un vieil homme comme çi, comme ça. De plus, en le décrivant, ils produisent auprès du public un effet d’attente que l’arrivée du vieux en question comblera, soit par un contre-pied (en fait c’est un vieux gentil qui ne demande rien à personne mais sur qui on raconte plein d’histoires) ou en embrassant la proposition au premier degré (un fantôme horrible et menaçant).

Service et trappeur

Comment importer ça en jeu de rôle ?

Evidemment, le service n’est pas facile à importer partout. Dans les jeux avec un meneur ou une meneuse et un scénario pré-établi, il n’est pas évident pour les joueurs ou joueuses de faire une intervention sans risquer de mettre à mal la préparation du meneur ou de la meneuse.

Plusieurs pistes néanmoins :

1) Le meneur ou la meneuse fait un service dans une scène entre deux PJ. Pour amener une info importante qui recentre ou relance le débat (par exemple un collègue amène un rapport de légiste qui va éclairer une discussion entre flics), pour relancer la machine à drama (par exemple, les deux PJ sont en couple, un SMS arrive demandant à un des PJ s’il est « libre ce soir ? ❤  » alors que l’autre PJ lui reproche d’être infidèle), pour habiller les lieux (alors que les PJ discutent en rue, un mendiant leur demande une pièce, une marchande ambulante leur propose d’acheter des choses, etc. mais sans prendre le focus de la scène).

Le risque de ce genre d’intervention, c’est que les joueurs et joueuses sont souvent conditionné.e.s à prendre toute intervention du meneur ou de la meneuse comme capitale. Iels risquent donc de voir dans une intervention d’ambiance ou une intervention ponctuelle un enjeu à la partie qu’iels risquent de louper. Un signe gestuel approprié ou un petit mot en off peuvent adoucir cet effet.

2) Le meneur ou la meneuse donne un petit papier à un joueur ou une joueuse afin qu’iel incarne un PnJ faisant un service dans la scène. Cela permet d’impliquer des joueurs ou joueuses dont les PJ ne sont pas là, que le meneur ou la meneuse incarne un PnJ « principal » qui ait l’appui de PnJ « secondaires » sans qu’iel ne doive faire de dialogue avec lui ou elle-même. Et de mettre une petite part de surprise pour tout le monde : quand est-ce que le service aura lieu ? Quelle forme prendra-t-il exactement ?

L’autre piste est bien sûr dans un jeu où tout le monde est MJ, ensemble ou à tour de rôle. C’est-à-dire où tout le monde a une certaine autorité sur la fiction à un moment ou à un autre (Inflorenza, Happy Together, Ribbon Drive, par exemple).

Dans un cas pareil, le service devient très simple. Si quelqu’un sent que la scène peine à trouver un rythme, un but ou un souffle, ou qu’iel a envie d’amener un rebondissement imprévu, le service permet facilement cela. Faire intervenir un personnage secondaire le temps d’une intervention courte lance ou relance la scène.

Le trappeur, ubiquité improvisatrice

Le trappeur est un peu l’extention du service. Il s’agit ici de créer une scène se déroulant en parallèle de la première. Cela permet généralement de mener deux scènes prenant place en même temps, mais dans des lieux différents (le fameux « pendant ce temps-là… » ) ou d’explorer le passé ou le futur de la scène principale. Généralement, il y a plusieurs aller-retours entre la scène principale et la scène en trappeur, ce qui amène à des effets d’écho entre les deux scènes : on voit dans la deuxième scène les conséquences de la première et vice versa, on découvre l’origine et la complexité de la crise traversée dans la première scène à travers les interventions de la deuxième, etc.

En impro, ça se crée assez facilement : pendant que la première scène se joue, les joueurs et joueuses de la deuxième montent dans l’espace de jeu et s’adressent la parole en ignorant très clairement ce qui se passe dans la première scène. Si le public n’est disposé que d’un seul côté de la scène, les comédiens et comédiennes de la deuxième scène se placeront souvent devant les comédiens et comédiennes jouant la première scène, montrant clairement qu’iels n’interagissent pas avec les autres.

Service et Trappeur

Comment importer ça en jeu de rôle ?

Je pense que l’intérêt du trappeur en jeu de rôle est double.

D’une part, il dynamise une scène : la deuxième prend place, quelques échanges ont lieu, puis les participants et participantes à la première scène reviennent quand iels veulent continuer leur scène. On peut faire une mini-ellipse, se concentrer sur des moments forts de la scène vécue et, en même temps, si on sent qu’une scène s’essoufle, qu’on y est un peu perdu, on peut se reposer pendant que les autres font leur scène et revenir quand on est prêts, quand on a une idée claire pour relancer notre scène.

Ensuite, ça permet de voir un même moment par plusieurs points de vue. On le trouve d’ailleurs formulé autrement dans beaucoup de conseils de maitrise. Par exemple, pendant l’infiltration d’un bâtiment pendant laquelle les PJ sont séparés, on peut passer sur le groupe entrant par les toits, rester une ou deux minutes avec eux, puis passer au hacker débloquant les accès sécurisés, avant d’enchainer sur le groupe infiltré depuis deux semaines et s’assurant que l’alerte n’est pas donnée, etc. Je pense simplement qu’en conscientisant cet outil, on peut prendre la place : ne pas laisser le meneur ou la meneuse impulser tous les changements de scène mais prendre la parole au sens fort : lancer l’intervention de son groupe alors qu’un autre avait le focus, par exemple.

Allez jouer maintenant !

Le service et le trappeur sont deux manières simples de dynamiser une partie. Ces deux techniques permettent que celles et ceux qui ne sont pas dans une scène ne soient pas pour autant simples spectateurs. Iels peuvent intervenir, pour aider la scène en cours ou lancer une autre scène en parallèle de la première. Iels gardent une responsabilité sur ce qui se passe sur scène. Ces outils contribuent à faire d’une impro une aventure collective.

 

Bien sûr, en jeu de rôle, on aime bien être spectateur par moment. Mais ça peut être intéressant de garder un oeil actif quand on n’est pas au coeur d’une scène.

Est-ce que vous pouvez aider les gens qui ont l’air de s’emmêler les pinceaux ?

Est-ce que vous ne pouvez pas donner un coup de démarreur à cette scène qui n’avance pas ?

Est-ce que vous n’amèneriez pas cette excellente idée qui vous trotte en tête, mais sans casser la dynamique de la scène en cours par une suggestion méta ?

Et si vous vous ennuyez parce que les mêmes ont les projecteurs braqués sur elleux depuis dix minutes, pourquoi ne pas proposer à un autre joueur ou une autre joueuse de lancer une scène de votre côté ?

 

Reste deux choses à faire maintenant… Aller essayer ça, et venir me dire comment ça s’est passé pour vous 🙂

 

Publicités

2 commentaires sur “Techniques d’impro et transposition 1 : Service et Trappeur

  1. Je suis très intéressé par le service, un peu sceptique sur le trappeur dans le cadre d’une configuration MJ et joueurs classique mais si la table s’est mise d’accord au préalable pour le permettre, j’aimerais bien essayer ! ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s