Jouer et faire communauté même de loin : un guide pour Discord

Bonjour tout le monde. Oui, ça fait longtemps. Le confinement a du bon, que voulez-vous…

Ce confinement me permet de vous revenir avec un sujet qu’on m’a déjà demandé de traiter et qui me semble des plus pertinents actuellement : le jeu en ligne. Pas question de vous vanter les bienfaits du jeu en ligne, c’est so-2019. A la place, je vais vous parler d’une plate-forme que j’utilise beaucoup : Discord. Voici un petit guide pour appréhender cet outil. J’espère qu’il vous sera utile – n’hésitez pas à venir me demander des précisions, à me poser vos questions, etc., je vous répondrai avec plaisir.

Discoquoi ?

Discord est une plate-forme de messagerie vocale et textuelle instantanée « pensée pour les gamers ». Vous pouvez y accéder via leur site. Elle est utilisable via un navigateur internet mais je ne peux que vous conseiller d’installer sa version locale, qui fonctionne parfaitement sur Androïd ou Windows (je ne sais pas si elle est disponible en version Apple).

Une fois le programme installé et un compte créé, vous arrivez sur ce genre d’écran.

Discord écran de base
Où le lecteur/la lectrice averti.e apprend que Fel’ écrit ses articles sur Microsoft Word.

Passons à une version un peu moins sexy de la même image, qui me permettra de vous expliquer les bases avant d’y revenir, point par point.

Discord écran de base avec cadre et numéros
Où le sus-dit lecteur / la sus-dite lectrice remarque avec étonnement les compétences en retouche d’images de l’auteur de l’article.
  1. se trouvent les différents serveurs auxquels vous pouvez vous connecter ;
  2. Voici la liste des différents salons de discussion d’un serveur donné ;
  3. Ici, la liste des personnes connectées (ou inscrites et non-connectées) sur un serveur donné (j’ai ici barré leur nom et leur avatar mais rassurez-vous, en vrai ils apparaissent). C’est ici aussi qu’on voit les différents bots « inscrits » sur le serveur, un outil très utile ;
  4. Il s’agit de la messagerie textuelle principale, qui ne change pas vraiment de vos WhatsApp, Messenger et autres messageries textuelles instantanées habituelles.

Allons-y.

1. Les serveurs

lost-man-map
Moi qui essaie de garder du swag sur Discord.

De base, Discord peut vous sembler un peu vide, comme une carte de RPG quand vous commencez votre partie. Et pour cause, il va vous falloir ajouter rapidement des serveurs pour vous y connecter. Un serveur, c’est comme une maison : une fois que vous avez récupéré l’adresse du serveur sur internet, vous pouvez entrer, vous ballader dans les différentes pièces, rencontrer les autres invité.e.s, etc.

Pour rejoindre un serveur, il faut soit recevoir une invitation personnelle, soit (le plus simple), cliquer sur un lien d’invitation. Voici quelques liens d’invitation vers des serveurs de JdR francophones susceptibles de vous intéresser :

Il y en a beaucoup d’autres mais ça devrait vous mettre le pied à l’étrier. Normalement il suffit de cliquer sur le lien, de suivre les conseils et hop ! vous arrivez à l’écran que je vous avais mis plus haut.

Mais comment s’y retrouver une fois qu’on est dans la maison ?

2. Les salons de discussion

Le gros avantage d’un serveur Discord par rapport à une conversation WhatsApp, Messenger ou autre, c’est qu’il se divise en salons. Cela permet plusieurs choses : de diviser la discussion en différents thèmes (pour concentrer les échanges autour d’un sujet dans une zone), de placer des zones en évidence pour attirer l’attention des nouveaux.lles venu.e.s, de retrouver facilement des messages longtemps après qu’ils aient été écrits, …

La plupart des serveurs ont une section « accueil », « lisez-moi » ou « bienvenue ». Je vous conseille fortement de commencer par cliquer sur ce salon-là : il contient la plupart du temps un rappel de ce à quoi sert (ou ne sert pas) le serveur, s’il y a des règles de bonne conduite à appliquer, comment fonctionne le serveur, etc.

Il est bon de rappeler qu’un serveur Discord n’est pas forcément un espace démocratique. Parfois, tous les membres (même les nouveaux.elles) auront leur mot à dire, parfois un petit groupe de modérateurices et administrateurices gouvernera les choses. A vous de vous adapter ! (Mais d’expérience, tant que vous êtes poli.e et de bonne foi, vous vous faites rapidement accepter même si vous êtes timide 🙂 ).

Baladez-vous ensuite dans les différents salons et prenez garde de comprendre le thème de chacun avant d’y intervenir. Des salons (comme « général ») sont souvent réservés au papotage tandis que d’autres sont très pointus sur des sujets ou avec une orientation très précise. N’ayez pas peur de lire dans un premier temps avant d’intervenir à tout va. Comme c’est une plate-forme de messagerie directe, la confusion peut arriver très rapidement.

exemple de salonsDans cet exemple :

  • « discussions libres » et « libres discussions » servent au blabla quotidien.
  • « Annonce » permet de faire la pub de son actualité (articles de blog, jeu, convention, etc.).
  • « propositions de partie » permet de proposer des parties en ligne ;
  •  » à propos du site » et « à propos du discord » sont là pour des questions techniques autour du site des Courants Alternatifs et du serveur Discord ;
  • « salon du vocal » et « déprocrastination-session » permettent d’encadrer un salon vocal avec un salon textuel (cf. plus loin) ;
  • les différents salons thématiques permettent de parler de sujets précis (respectivement une tentative d’adaptation de la série de jeux vidéo Dark Souls en JdR papier, un sujet théorique autour des interstices et mécaniques de jeu et un projet de jeu : Blue Yozora).

Evidemment, à côté des salons de discussion textuel, il y a les salons vocaux qui servent pour notre précieux jeu en ligne : j’y reviendrai en deuxième partie d’article 🙂

3. Les personnes et bots connecté.e.s

Toujours utile de voir qui est connecté au serveur en ce moment. Vous pouvez, par un simple clic gauche sur le portrait de quelqu’un, lui envoyer un message et commencer une discussion en privé. Classique.

Pour le reste, c’est là que vous verrez quels bots sont connectés, ce qui sera très utile au moment de jouer en ligne. On y revient bientôt 🙂

4. L’espace de discussion général

Là où vous pouvez écrire vos messages, les aggrémenter de gifs, d’émoticônes et autres joies très classiques de la messagerie instantanée. A savoir que, comme c’est le cas dans Messenger par exemple, vous pouvez cliquer droit sur le message de quelqu’un et y ajouter l’émoticône que vous voulez. Si vous voyez une émoticône déjà présente sous le message de quelqu’un et que vous souhaitez mettre la même, cliquez dessus, ça fera monter le compteur. Waouh.

Le jeu en ligne (enfin !)

Et oui, je n’ai pas perdu ma bonne habitude d’aller au fond des choses quitte à faire trop long pour certain.e.s. Bisous aux râleureuses ❤

Voici donc le coeur du sujet : le jeu en ligne via Discord !

1. La base

Vous avez vu qu’il y avait une offre de partie sur le seveur textuel adéquat, vous vous êtes inscrit.e, on est 10 minutes avant la partie. Que faites-vous ?

Première chose à faire : vous connecter sur le bon salon de discussion vocal. Ils se reconnaissent à leur petit icône de haut parleur dans la liste des serveurs. Parfois, ce sera évident (le serveur vocal « procrastination » sert aux sessions empêchant la procrastination, le serveur « partie de DD5 king’s maker » sert à se connecter à cette partie), parfois il faudra vous assurer du rendez-vous. Pour vous faciliter la tâche, sachez que vous voyez toujours la liste des gens connectés sur un salon de conversation vocal quand vous êtes connecté.e.s au serveur. Ca peut vous guider.

Il vous suffit de cliquer dessus, d’attendre un peu et tadaaaa !

Conseil de vétéran 1 : le casque audio

Pour que les parties se passent au mieux pour vous et pour votre entourage direct, je ne saurais trop vous conseiller de mettre un casque audio le temps de la partie.

D’une part, un casque vous libère les mains (alors que tenir un micro à la main c’est chiant, je l’ai fait quelques mois quand j’ai commencé à jouer en ligne).

D’autre part, ça permet que vous entendiez bien les autres, que d’autres personnes situées physiquement proches de vous n’aient pas le son de vos parties dans les oreilles et de vous assurer que les personnes jouant avec vous vous entendent bien (souvent, les micros incorporés aux ordinateurs fonctionnent mal ou sont moins puissants et précis – bref c’est la merde).

Personnellement, j’ai acheté un casque de gamer à 25€ : le Trust GXT 322. J’en suis très content.

Conseil de vétéran 2 : le push-to-talk

Pour faire entendre votre voix sur le salon de discussion qui accueille votre partie ou votre réunion, Discord offre deux possibilités : l’activité vocale ( « voice activity » en anglais) et l’appui pour parler ( « push-to-talk » en anglais). Je ne saurais que vous conseiller la deuxième solution, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il y a souvent un petit décallage entre le moment où vous commencez à parler et où Discord diffuse votre voix. Donc souvent, vos débuts de phrase sont « mangées » , ne passent pas.

De plus, si d’autres gens passent ou vivent dans la pièce où vous jouez (je suis certain que plusieurs d’entre vous ont déjà entendu la douce voix du bébé de Thomas Munier en fond de ses parties), le push-to-talk permet de couper le son quand vous ne jugez pas utile qu’on vous entende. Ca permet à tout le monde de perdre en « bruit » (en sons parasites) et donc de gagner en qualité de partie.

Enfin, le push-to-talk permet de masquer des réactions que vous avez pendant la partie et que vous voulez garder pour vous, que ce soit un grand éclat de rire ou un marmonnement que « je vous l’avais bien dit » . Bref, le push-to-talk c’est bon, mangez-en (non).

Pour l’installer, rien de plus simple :

Le push-to-talk
Où l’auteur montre son goût douteux pour les chiffres romains – mais au moins il n’écrit pas en Comic Sans MS. Où on découvre aussi que l’auteur emploie son Alt Gr pour le push-to-talk.

Dans l’écran principal, cliquez sur la petite roue crantée (I). Ca vous amènera dans les contrôles d’utilisateurice, où vous n’aurez qu’à cliquer sur « voix et vidéo » ( « voice & video » en anglais) puis sur « Appuyez-pour-parler » ( « push-to-talk » en anglais).

C’est là aussi que vous pourrez vous assurer que votre micro fonctionne, ce qui est toujours utile.

Normalement, avec ça vous êtes paré.e pour votre partie. Evidemment, des conseils restent à donner sur « comment jouer en ligne » (ne pas parler en même temps, utiliser le tchat, etc.), peut-être pour un prochain article ?

Comme je veux garder celui-ci sur de la technique, il me reste à vous parler d’un truc :

2. Les règles avancées : les bots

220px-BootsBr
Oui, l’auteur a osé.

Tout l’intérêt de jouer en utilisant Discord réside selon moi dans les bots. Les bots, ce sont des genres de programmes, d’extentions qu’on peut « installer » en les invitant sur notre serveur et qui auront plusieurs utilités en partie : lancer des dés, passer de la musique, enregistrer et bien d’autres choses (vous pouvez même créer le vôtre !).

Je terminerai donc cet article en parlant de 3 bots que j’utilise personnellement, mais il y en a des milliers à découvrir par exemple via ce site.

Généralités sur les bots

Un bot est donc une extention à ajouter pour customiser votre serveur. On les invite sur un serveur comme des joueureuses : trouvez un bot, cliquez sur « invite » puis choisissez le serveur sur lequel vous voulez inviter le bot en question. Attention que vous devez bénéficier des droits de gestion du serveur pour y inviter un bot, ce qui peut dans certains cas limiter votre capacité à en ajouter. N’hésitez pas à proposer aux modérateurices si vous ne pouvez le faire seul.e.

Chaque bot possède ses règles, ses commandes, ses possibilités. Il y a donc un temps à prendre pour faire connaissance avec le bot et l’utiliser au mieux. Pour utiliser une commande, il suffit généralement de la taper correctement dans la barre de dialogue.

Enfin, les bots sont gratuits (tous ceux que j’ai essayé en tout cas) mais, si vous pouvez vous le permettre, une donation est toujours bonne pour aider leurs créateurices à vivre de leur travail !

1. Dice Parser

diceparser

Dice Parser est un simulateur de jet de dés très pratique. Vous pouvez le trouver à cette adresse.

Sa commande principale est la suivante :

  • « !xdy« 

Par exemple, si je veux lancer 5 dés à 6 faces, je ferai « !5d6 » . Le bot renverra ensuite cela.

Dice Parser

On a donc le total (en bleu, au-dessus), puis les détails de chaque dé lancé. Simple. Efficace. Que demander de plus ?

2. Rythm

Rythm

Deuxième bot que j’emploie souvent : Rythm. Ce bot sert à jouer de la musique depuis Youtube pendant vos parties.

Il suffit de jouer une piste grâce à rythm (de faire « !play X » , cf juste après) pour qu’il s’ajoute à votre serveur.

Avertissement préalable : Rythm peut jouer très fort. Chaque personne sur le serveur devra donc prendre soin de baisser le volume de Rythm au risque de se faire perforer les tympans en partie. Pour ça, facile :

Rythm 2

I : cliquez droit sur l’icone de Rythm dans votre salon de discussion audio actuel.

II : mettez le volume utilisateur ( « user volume » en anglais) aussi bas que nécessaire.

Ceci étant dit, allons-y. La commande de base est simple :

  • « !play x » permet de jouer x (attention à mettre un espace vide entre « play » et ce que vous voulez jouer). En fait, le bot va faire une recherche dans Youtube et jouer le premier résultat que la recherche donne. Attention donc à être spécifique – petit truc pour éviter une version live ou un clip, placer « studio » à la fin de sa recherche 🙂 . Ca fonctionne aussi avec une adresse url complète. Au final vous avez cela.
Rythm 1
Où l’auteur en profite pour glisser ses goûts musicaux fabuleux.

Le bot crée une liste de lecture avec les morceaux mis dans la liste : comme j’ai demandé de jouer Nails, Hair, Hips, Heels de Todrick Hall alors que And you don’t even know it n’avait pas encore fini, il l’a mis en attente à la suite et m’a indiqué le temps estimé avant que cette piste ne soit jouée.

  • « !stop » ou « !pause » permet de mettre en pause le morceau en cours.
  • « !resume » ou « !play » permet de reprendre la lecture d’un morceau.
  • « !np » permet de voir quelle est la piste qui est jouée en ce moment.
  • « !seek X » (attention à l’espace entre les deux) permet de placer la piste actuellement au temps demandé (donc par exemple : « !seek 2:22 » placera le morceau à 2:22 et continuera à le jouer de là).
  • « !loop » permet de passer la piste actuelle en boucle.

Pour gérer la liste de lecture, vous avez :

  • « !queue » permet de voir l’état de la fil d’attente, donc les prochains morceaux à jouer.
  • « !skip » permet de passer le morceau en cours immédiatement. Si c’est le dernier de la liste d’attente, la musique s’arrête, sinon le prochain se lance.
  • « !skipto X » (attention à l’espace) permet de passer à un certain morceau dans la file d’attente (il est bon de faire d’abord un « !queue » pour avoir une idée de la liste d’attente actuelle).
  • « !clear » permet de vider tout à fait la liste d’attente.

Il y a encore plein de fonctions, le mieux est d’aller les découvrir par là 🙂 Je sais que le tout peut paraitre angoissant mais rassurez-vous  :  si vous maitrisez les bases (« !play x » « !stop » « !skip ») vous êtes en bonne voie. Le reste peut s’apprendre plus tard ou bien en prenant dix minutes pour chipotter dans votre coin entre deux parties. Il m’arrive d’employer Rythm comme liste de lecture quand je travaille sur autre chose mais veux revoir un coup les commandes   !

Dernier point important autour de Rythm : si vous n’êtes pas gérant du serveur, vos demandes devront parfois être approuvées par le reste de la tablée. Tout le monde aura un temps pour entrer une commande autorisant ou non le changement que vous proposez. C’est un peu dommage, mais c’est comme ça (et vous pouvez nommer tout le monde administrateur pour éviter le désagrément).

3. Craig, l’enregistrement de parties facile !

craig

Craig est un bot gérant l’enregistrement audio de vos parties et autres discussions avec une simplicité déconvertante. Vous pouvez le trouver à cette adresse.

Une fois invité sur votre serveur, vous n’avez qu’une chose à faire :

  • « :craig:, join » (attention, espace vide entre lavirgule et le « join » à ne pas oublier) permet à Craig de rejoindre le salon audio sur lequel vous êtes actif.ve. Si vous voulez qu’il en rejoigne un autre,
  • « :craig:, join X » (espace entre la virgule et « join » et entre « join » et le salon de discussion en question) permet à Craig de rejoindre un salon de discussion vocale en particulier.

Dès qu’il arrive sur le salon désigné, il commence à enregistrer. Une fois que vous voulez terminer l’enregistrement, tapez simplement :

  • « :craig:, leave » (à nouveau, espace vide entre la virgule et le « leave » )

pour que Craig quitte le serveur. Il vous enverra peu de temps après, en message privé, le lien pour télécharger l’enregistrement du jour. Le lien reste actif quelques jours, ne trainez pas à aller le récupérer.

Le gros avantage de Craig est qu’il enregistre en multi-canal : chaque profil connecté sur le salon vocal est enregistré à part. C’est très intéressant si vous enregistrez un podcast ou une partie et que vous désirez monter le résultat avant diffusion.

Conclusion : Un excellent outil pour vos parties en ligne et bien plus encore !

Discord est, à mon avis, une plate-forme fantastique pour jouer du jeu de rôle en ligne. Même s’il faut un temps pour les apprivoiser, ses nombreux bots permettent de vous doter des outils dont vous aurez besoin pour jouer la partie que vous voulez vraiment. Et, au-delà de ça, la division en salons, la simplicité d’utilisation, permettent de structurer des discussions même très variées au sein d’une communauté nombreuse.

Seul point noir, Discord ne gère pas l’aspect visuel du jeu de rôle : pas de battlemap, de document en ligne ou de tableau éditable à souhait. De ce côté, les solutions ne manquent pas, même dans des programmes génériques comme Miro.

Mais ça, ce sera (peut-être) pour une prochaine fois 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s